voyage à atlanta

g s’est rendu à Atlanta aux Etats-Unis dans le cadre du vernissage de l’exposition des Nouvelles Richesses réalisée avec l’école d’architecture de Georgia Tech et le concours du Consulat de France. En marge de cet événement ce fut l’occasion d’appréhender l’urbanisme de la ville et visiter quelques exemples remarquables d’architecture.

 

 

1 | High Museum of Art, 1983, Richard Meier & 2002, Renzo Piano Building Workshop

Première réhabilitation et extension réalisée par Richard Meier dans un pur style néomoderne et extension par RPBW dans la lignée de son travail aux Fondations Menil et Beyeler.

 

2 | Colony Square, 1970’s, Henry Jova

 

Architecte peu connu en dehors des limites d’Atlanta, il laisse pourtant une œuvre intéressante dont un ensemble brutaliste d’inspiration corbuséenne avouée dans le quartier Midtown. A noter la propension des habitants d’Atlanta de démolir et reconstruire au gré des opportunités foncières, la croissance économique de la ville étant insolente à l’échelle des États-Unis, ce qui se traduit par l’extinction progressive de tous les immeubles de ce style pour laisser place à des œuvres architecturales sans architecture.

 

3 | Jeux d’enfants, 1976, Isamu Noguchi

Afin de célébrer le deuxième centenaire de l’indépendance des États-Unis, Isamu Noguchi a été invité à construire un espace pour les enfants remarquable.

 

4 | Bibliothèque Municipale, 1980, Marcel Breuer

Dernière œuvre de l’architecte elle est autant une bibliothèque qu’un théâtre et un restaurant. Faisant face à la désertion de la ville par les classes aisées désormais recluses dans le quartier de Buckhead, le bâtiment tente de survivre et accueille depuis des décennies les pauvres du centre ville à l’image d’une cour des miracles et prouve que la ségrégation autrefois raciale est désormais sociale sans avoir abandonné ses racines raciales. A l’image de tous les bâtiments brutalistes et plus généralement publics de la ville son avenir est toujours incertain.

 

5 | Georgia Tech College of Design Hinman Building, 1939-2010, P.M Heffernan & Office dA + Lord, Aeck & Sargent

Bel exemple de réhabilitation face à la reconstruction massive, avec des considérations environnementales, un cas rare dans la ville. Classé monument historique.

 

6 | Marriott Marquis Hotel, 1985, John Portman

Expression de la démesure américaine avec ses 169 mètres de hauteur autour d’un gigantesque atrium central détrôné depuis par Dubai, ses 1674 chambres, conçu par l’architecte et promoteur John Portman (1924) à qui l’on doit de nombreux gratte-ciel de par le monde.

 

7 | Flatiron Building, 1897, Bradford Gilbert

Construit avant celui de New York, ce bâtiment du centre historique est également classé.

 

8 | Academy of Medicine, 1941, Hentz, Adler & Schulz

Que dire de l’architecture néoclassique / néo-palladienne qui rythme l’architecture des États-Unis depuis les premières réalisations de Thomas Jefferson, architecte et président, qui après des recherches en Europe constitua un nouveau style dit fédéral: parfaitement anachronique. Cela amène encore aujourd’hui des architectes à concevoir des ouvrages dont les maisons des différentes confréries qui habitent les différents campus d’Atlanta dont les colonnes du prostyle sont creuses et réalisées en plastique tandis que le corps du bâtiment intégralement en bois se pare de fausses briques et fausses pierres afin d’en faire disparaître la nature « fragile » pour laisser une impression de massivité.

 

9 | Divers exemples pris sur le vif