un clocher rêvant d’être phare

un monument à renouveler

Au bord de la Mayenne,
Il est un lieu central, à l’équilibre entre les rives,
à la fois jardin de ville en vis-à-vis de la Perrine,
et monument reconnu mais méconnu.

 

Ce signe construit de Laval,
autrefois lieu de soin, lieu de culte, lien social
bénéficie d’un attachement affectif puissant.

 

Ce bien commun, au coeur et aux coeurs,
est amené à revivre du partage, à bouillonner,
d’activités culturelles, artistiques et sociales.

 

Pour ces nouveaux usages,
à défaut de nouvelle forme, peut-être un nouveau regard
utilisant les pierres pour révéler la poésie du lieu.

 

Ni condition publique, ni lieu unique, mais monument renouvelé,
devenant tout autant le témoin d’une vie culturelle féconde,
qu’une nouvelle porte ouverte sur le monde.

 

Un patrimoine vivant
un espace de rencontres, une nouvelle vie,
le nouveau Saint Julien,

 

 

un clocher rêvant d’être phare.

 

 

« … la mémoire, sorte d’étang obscur, s’agite, laisse affleurer d’autres images qui, une à une, se détachent du passé, traversent l’opaque, doucement surgissent, aujourd’hui s’imposent à la rêverie.
… Oubliées à peine, ces dimensions de l’espace et du temps ne sont pas aussi révolues qu’il semblait. Voyez plutôt : demain est escalier qui accède au jardin d’hier. »
Jean-Loup TRASSARD, L’espace antérieur, 4e de couverture. Paris, éditions Gallimard, 1993

Chapelle Saint Julien, Laval

© Mikael Dorian, 2010