une attention particulière

espaces individuels ou partagés

Se loger en ville

et vivre à plusieurs,

impose aux habitants le partage,

aux hommes de l’art une attention.

 

Les espaces individuels,

en répondant à quatre aspirations légitimes,

compensent la promiscuité

et la vie collective :

 

Désir de souplesse,

avec de grands espaces à vivre

mais surtout des espaces modulables, dégagés,

car à quoi sert la générosité sans pouvoir ranger.

 

Désir de lumière,

l’une des dernières traces de nature, architecturée

avec plusieurs orientations par appartement,

mais surtout un maximum de pièces éclairées, naturellement.

 

Désir d’intimité,

entre espaces à vivre de jour ou de nuit,

mais surtout entre voisins,

en protégeant ou en déportant les vues.

 

Désir d’extérieur,

avec balcons, loggias ou terrasses,

la dimension étant toujours fixée,

pour pouvoir véritablement sortir manger l’été.

 

Ce travail de confort personnel,

va dans le sens d’une vie communautaire.

La possibilité de pouvoir s’extraire,

rend la communion plus forte, plus volontaire.

 

Donner également de la qualité aux espaces communs

est à l’avantage de tous :

Responsabiliser des habitants de passage,

œuvrer au plaisir de vivre en ville.

 

Qualité pour pérenniser,

par des lieux agréables, appréciés.

Des lieux partagés à s’approprier,

Sans penser à les dégrader.

 

Qualité pour rompre l’anonymat,

en transformant des zones de passage

en lieux d’échanges, de rencontres,

pour tisser du lien et favoriser l’entraide.

 

Avec une attention particulière

Passer du concret au solidaire, du nécessaire au culturel,

De l’architecture.

olafur eliasson feelings are facts

Feelings are facts, Olafur Eliasson, Ullens Center for Contemporary Art, Chine, 2010

© Sebastian Behmann