musée
guggenheim, Helsinki, Finlande, 2014
verre, bois
verre artisanal, structure bois modulaire
concours ouvert
Ville d'Helsinki, 150 M€, 12000 m²

collaboration avec le maître-verrier Emmanuel Barrois

Le nouveau Guggenheim est plus qu’un musée,
c’est un morceau d’Helsinki.
Une pièce urbaine de plus qui participe
au réaménagement général de South Harbor.

Ouvrage monumental mais pas obstacle,
C’est un point de jonction qui facilite les liaisons.
C’est le Observatory Hill Park qui s’étale, la mer qui déborde,
une nouvelle promenade pour les habitants…

Le port est une échelle particulière de la ville :
Installations, bateaux, horizons, sont des dimensions inhabituelles.
Le nouveau Guggenheim est en ville mais adapte sa présence au port
Taille, forme, entrées jouent sur l’ambiguïté de ce site.

L’horizontalité du bâtiment le raccroche au sol,
Dialogue avec l’horizon de la mer
Sa géométrie simple le rapproche de la ville historique :
droite, régulière et dessinée.

La Finlande entretient un lien évident entre nature et culture.
Le nouveau Guggenheim souhaite l’illustrer
par la présence double et complémentaire
d’une masse construite et d’un creux végétal.

un jardin dans un musée, un musée dans un jardin
qui prolonge le parc en s’accrochant à la route
Une promenade culturelle dans une promenade naturelle
Une possibilité d’art en intérieur et en plein air.

Avec le musée, le plus vieux jardin de ville
vient enfin au contact de l’eau en évoquant une nature finlandaise
tout en complétant sa fonction culturelle :
au sommet, les étoiles, au bord de l’eau, l’art.

Au jardin, toutes les fonctions qui accompagnent les œuvres
sont largement ouvertes et facilement accessibles, à toute heure :
Accueillir, acheter, manger, réparer, écouter, rencontrer,
A l’abri des galeries, au cœur du jardin et face à la mer.

Distants de l’eau mais largement ouverts sur l’extérieur
Les espaces d’expositions sont accessibles depuis l’atrium.
Successions de galeries, la découverte des œuvres est une promenade
autour du jardin, de sa canopée, ou face à la ville et la mer.

Pour une utilisation très souple des espaces, et une grande variété
Les galeries sont toutes construites sur le même principe :
le contenant doit s’adapter au contenu,
concentré sur l’œuvre ou en dialogue avec l’extérieur,

lumière naturelle, directe ou contrôlée
lumière artificielle, mixte ou noir total,
chaque salle peut suivre les désirs de l’œuvre
par des dispositifs techniques simples et cachés.

Une partie haute de verre et de tissus diffuse ou arrête la lumière
par des écrans escamotables et divers filtres modulables
Une partie basse en bois se compose de panneaux mobiles
et sert à la fois d’occultation et de support pour les œuvres.

Le nouveau Guggenheim propose une conception tournée
vers l’isolation et les dispositifs passifs plutôt qu’actifs :
une double peau singulière, à la fois filtre pour le musée
et protection thermique été comme hiver.

La production contemporaine finlandaise
A l’image de certains de ses plus illustres créateurs
marie à merveille production industrielle et artisanale
matériaux naturels et manufacturés.

En utilisant les produits industriels existants mais travaillé de manière artisanale,
Le nouveau Guggenheim illustrera ce savoir d’ouvrager la matière,
le bois collé, cloué, plaqué ou laissé brut voire même vivant.
le verre, glacé, givré, translucide ou transparent, en fonction de l’usage.
Guggenheim Helsinki