monument
hommage aux morts en opex, place Vauban, Paris 7e, 2013
béton, végétal
granulats de carrière, béton coulé en atelier, chape coulée en oeuvre
concours restreint, abandonné
Ville de Paris, 0,8 M€, 670 m²

collaboration avec l’artiste Esther Shalev Gerz

En lieu et place Vauban, se tient un signe construit,
hommage aux disparus en opérations extérieures, passées et à venir.
Ni cénotaphe, ni mémorial, un ouvrage inédit qui nécessite à la fois
un autre lieu, un autre temps, une autre présence.

Un autre lieu par la distance
créée artificiellement dans un merlon, par une interruption, un enfouissement,
pour que l’urbain et les Invalides deviennent le décor d’une place à part
où se tenir pour se souvenir.

Un autre lieu par l’extra-territorialité
donnée par une roche basaltique, omniprésente, originelle.
Ce n’est plus Paris, c’est plus que la France.
C’est la mémoire de la Nation à l’étranger.

Un autre temps par l’absence
de l’immédiate présence de la ville : circulation, agitation, bruit.
Un quotidien qui s’efface par le parcours, un temps d’attente,
D’un jardin végétal à un jardin minéral.

Un autre temps par la permanence
du vivant et de la nature, dans une diversité dorée et mordorée
propres à donner au lieu richesse et variété,
en mélangeant invariant et momentané.

Une autre présence par la matière
qui lie le don de vie de nos soldats, envoyés pour défendre la paix,
au don de pierres, extraites des différents théâtres d’opérations.
Un lien humain et matériel tangible qui ouvre le souvenir au monde.

Une autre présence par le souvenir
appelé à se compléter, des noms progressivement taillés,
sur des pierres rapatriées, recomposées en pierres liquides,
un signe construit contemporain aux multiples mémoires.

La reconnaissance vivante d’un Monument,
qui pérennise la mémoire passée et à venir,
Du don des hommes,
du désir de paix.
atelierpng monument aux morts opex place vauban